Essai nouvelle Kia Picanto : encore plus séduisante

Kia Picanto. Voiture citadine 5 portes. Moteur transversale et traction. Lancement automne 2003. 2 moteurs essence 1.0 de 61ch., 1.1 de 65ch. et 1.1 CDRi de 75ch.
Kia Rio. Nouveau modèle 2007. Berline à moteur transversale traction. Lancement à Detroit en janvier 2005. 5 portes présentée à Genève en mars 2005. 3 motorisations 1.4 97ch., 1.6 112ch. et 1.5 CRDi 110ch.

Modérateurs : AWD-TOD, rmlc460

Avatar de l’utilisateur
Chris
Site Admin
Site Admin
Messages : 1444
Enregistré le : mar. août 21, 2007 11:55
Localisation : Issy-les-Moulineaux
Contact :

Essai nouvelle Kia Picanto : encore plus séduisante

Messagepar Chris » sam. déc. 29, 2007 11:53

Essai nouvelle Kia Picanto : encore plus séduisante

De motorstv.com

Apparue au printemps 2004, la Kia Picanto s’est avérée une alternative crédible face aux ténors européens sur le marché des citadines.

Une Picanto plus sexy
Beaucoup plus aboutie que sa cousine, la Hyundai Atos Prime (il s’en vend 12 fois moins), le Kia Picanto a su séduire une clientèle à la recherche d’un petit gabarit (3,50 m) sans pour autant laisser de côté l’aspect pratique et fonctionnel. Elle est l’un des rares modèles de son segment à offrir 5 portes et 5 places.

Kia offre à présent à sa mini-citadine une très belle cure de jouvence. L’avant a été complètement modifié. Déjà sympathique à la base, la citadine devient encore plus craquante avec ses phares tout en rondeur. Les boucliers, la calandre ainsi que le capot ont aussi été redessinés. A l’arrière, les modifications sont un peu plus légères. La Picanto troque ses feux verticaux pour des blocs également tout rond. Un restylage séduisant est néanmoins problématique en ville car faisant l’impasse sur les protections latérales de carrosserie.

Pratique et bien finie
L’intérieur surprend par la qualité de finition. Il n’y a pas ici de plastique moussé, mais les matériaux du mobilier sont de bonne qualité et l’assemblage relativement soigné. Relativement, car lors de notre essai, sur chaussée dégradée, quelques couinements peu agréables venant du cache-bagage se sont fait entendre.

Une partie de la console centrale a été redessinée et reçoit un autoradio première monte, mieux intégré que celui de la précédente génération. Il est d’ailleurs possible d’y brancher un lecteur MP3 via une prise USB ou jack située près du levier de vitesse. La position de conduite est bien pensée, notamment avec le réglage du siège en hauteur.

Par contre, trop étroits et pas très bien dessinés, les sièges avant offrent un confort limité. Ils conviendront parfaitement pour un court trajet, beaucoup moins pour faire de nombreux kilomètres. L’habitacle est spacieux, pouvant accueillir jusqu’à quatre adultes, les places arrière disposant d’un espace aux jambes très correct.

A contrario, le volume du coffre est ridicule ; il ne dépasse pas les 157 litres ce qui ne permet même pas de ranger une poussette. Certes, la banquette arrière fractionnable 50/50 se replie facilement, mais au quotidien, la manipulation se montre vite astreignante.

Un appétit d’oiseau
A moins d’avoir le regard rivé sur le chrono, il n’y a aucune différence entre le 1.0 de 62 ch et le 1.1 de 65 ch. Tout n’est ici qu’une question de marketing. Le 1.0 permet de proposer une voiture à moins de 8000 € alors que le 1.1 peut recevoir la boîte automatique, non disponible sur le 1.0. Quant au 3 cylindres Diesel 1.1 de 75 ch, il apporte un semblant de puissance qui permet à la Picanto d’affronter les plus grands axes routiers.

Mais sa musique aigrelette n’est pas des plus reposantes, surtout à bas régime. Curieusement, une fois la vitesse stabilisée, le moteur se fait moins agressif dans l’habitacle. Avec de tels moteurs, la Picanto a un appétit d’oiseau. Comptez 5,2 l/100 km (124 g/km de CO2) pour le 1.1 et seulement 4,4 l/100 km (116 g/km de CO2) pour le 1.1 CRD. Dans tous les cas, vous bénéficiez d’un bonus intéressant avec l’eco-pastille..
Une bonne alternative aux mini-citadines françaises

Évidemment avec si peu de puissance sous le capot, inutile de brusquer la Picanto qui n’est d’ailleurs absolument pas conçue pour ça. On n’est donc loin du comportement dynamique d’une Twingo ou d’une Panda. Qu’importe, son châssis se montre sans mauvaise surprise. La prise de roulis est contenue, la direction précise.

Grâce à son petit gabarit, elle est également très maniable en ville. Les créneaux sont un jeu d’enfant pour elle. Par contre, le chapitre filtration aurait mérité un soin plus attentif car la moindre trépidation de la chaussée remonte désagréablement dans le volant. Les ralentisseurs et les rues pavées ne sont donc pas les amis de la Picanto.

Reste qu’avec un prix d’appel de 7.990 euros, la Kia Picanto est une alternative très intéressante au trio 107/C1/Aygo, à la Renault Twingo ou à la Fiat Panda. Elle se montre mieux équipée, spacieuse et assez bien finie. Dommage qu’elle ait perdu la climatisation (non disponible sur la 1.0) lors de ce profond restylage, car pour s’offrir un peu d’air frais, il faudra débourser 800 euros supplémentaires.

Disable adblock

Ce site fonctionne grace aux publicités et aux donations
Si vous lisez ce texte c'est que vous bloquez ces publicités.
Le forum vous a aidé Aidez-le à pour qu'il vive !


Retourner vers « Kia Picanto / Morning et Kia Rio - Les citadines de Kia »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité